En quelques années, data, cloud et digital sont devenus des incontournables du monde de l’entreprise. ADEO, acteur majeur du monde du bricolage, s’inscrit pleinement dans cette tendance. Laurent Ostiz (ENSEEIHT 97), Chief Data Officer, raconte comment le groupe s’est saisi du numérique et présente les opportunités qui s’offrent aux jeunes talents dans ce contexte. 

 

Ce qui fait le succès d’ADEO ? Son esprit collaboratif et coopératif entre les différentes marques du groupe. Des notions qui se retrouvent chez des collaborateurs guidés par un esprit entrepreneurial.

 

ADEO fait rimer liberté et confiance

©Photos Joëlle Charlet.

Cet espace de liberté, véritable fibre d’ADEO, a tout de suite plu à Laurent Ostiz. « Si vous avez une idée, on vous guide dans son développement et sa mise en œuvre. Nous favorisons la créativité et accompagnons toutes les démarches innovantes. Si le succès est au rendez-vous, votre création pourra être déployée dans l’ensemble du groupe ! Récemment, nous avons déployé dans plusieurs entreprises un outil data-driven de ciblage marketing initialement imaginé chez Leroy Merlin en Italie. » Autre valeur clé d’ADEO, qui fait écho aux attentes des nouvelles générations : la confiance. « Les deux points importants pour moi ? Le travail collaboratif et la grande autonomie que j’accorde à mes collaborateursNous sommes libres d’essayer et d’apprendre de nos erreurs. Le groupe m’a toujours fait confiance pour tester des dispositifs qui n’ont pas toujours fonctionné du premier coup ! Mais ce fut de formidables terrains d’apprentissage collectif.  ADEO nous offre un réel espace de liberté ! » Si vous êtes curieux et vous aimez prendre des initiatives, ADEO sera votre maison idéale !

« Grâce aux données, nous sommes capables d’anticiper les changements et de prendre de meilleures décisions »

 

 Le digital chevillé au corps

Et aujourd’hui, le plus grand chantier du groupe, c’est le numérique. Les défis sont nombreux pour tous les jeunes diplômés passionnés du digital. « Demain il ne faut plus utiliser la data pour observer les tendances passées et faire du reporting, mais pour ses propriétés prédictives. Grâce aux données, nous sommes capables d’anticiper les changements et de prendre chaque jour de meilleures décisions. » Ainsi, pour mieux répondre à ses clients, ADEO a par exemple misé sur deux innovations. La première ? Un algorithme dont le but est de mieux prévoir les ventes en fonction de plusieurs critères : saison, météo, zone géographique. Son objectif : permettre de mieux piloter l’approvisionnement et offrir une meilleure disponibilité des produits en magasin. Une autre innovation sur laquelle a misé ADEO : ProBox. Ce concept entre boutique physique et digital a été lancé par le groupe en septembre 2018 pour séduire les artisans. « Ces magasins sont différents de nos autres enseignes comme Leroy Merlin. Ici, nous disposons d’un showroom, mais également d’une application qui permet aux clients de scanner leurs produits et de les récupérer 5 minutes plus tard au comptoir. » ProBox s’inscrit parfaitement dans les valeurs de coopération portées par ADEO qui a coconstruit ce projet avec les artisans. Plus qu’un magasin, ProBox les accompagne véritablement dans leur quotidien. « Nous proposons des lieux de rencontre avec un ordinateur pour éditer des devis, un bureau pour recevoir les clients, mais également la possibilité de se faire livrer sur tous ses chantiers avec une même commande. »

Le chantier data

Mais les applications de la data sont nombreuses. Qui a dit que le monde du bricolage n’était pas branché techno ? « Nous avons opéré un véritable changement culturel dans l’entreprise. Toutes les enseignes d’Adeo démontrent jour après jour que le digital apporte une vraie plus-value à leur activité. Désormais, dans plusieurs domaines métier, tout le monde a aussi un temps d’avance avec la data ! » Car le défi majeur qui attend désormais ADEO est complexe : affronter les nouveaux acteurs 100 % digitaux. « Ces entreprises insufflent de nouvelles attentes chez nos clients. Désormais, ils ont pour habitude de passer commande et de recevoir leurs produits à J+1 ou J+2. Ce sont des sujets sur lesquels nous travaillons activement. En parallèle, nous continuons de miser sur nos savoir-faire, notre professionnalisme et notre force : la relation humaine »

 ADEO en pince pour l’international

Et si le groupe regorge de défis technologiques, l’entreprise se développe également à l’international. Autant d’enjeux et d’opportunités sur lesquels les jeunes diplômés pourraient apporter leur œil d’expert. « Vous ne construisez pas une maison à Sao Paolo, comme à Moscou ou à Milan. Nous adaptons chacune de nos enseignes à la culture et à la manière dont les artisans façonnent le bâtiment localement. Nos offres se déclinent à l’échelle de pays et de régions. C’est très épanouissant de se confronter à ces différentes cultures. »

 « Je recherche avant tout des jeunes diplômés qui ont du caractère. Je ne souhaite pas de clones, de personnes qui se ressemblent ! »

Accompagner le changement

Ce qui fait la force d’ADEO pour affronter tous ces défis ? Sa diversité ! Laurent Ostiz en est la preuve vivante puisqu’il a passé près de 10 ans dans l’univers artistique avant de rejoindre le groupe. C’est pourquoi ADEO mise avant tout sur des profils atypiques, pour accompagner ses changements. « Je recherche avant tout des jeunes diplômés qui ont du caractère, des convictions et des envies ; qui sont capables de travailler en équipe, d’apprendre en permanence et qui n’ont pas peur de penser out of the box. Je ne veux pas de clones, de personnes qui se ressemblent ! Tout le monde est le bienvenu, quel que soit son parcours. »

Qu’est-ce qui vous donne le sourire chaque matin en arrivant chez ADEO ?

  • Mes équipes. Au fil du temps, nous avons réussi à créer un collectif à la fois performant, créatif et sympathique. Je suis très fier d’eux
  • L’entreprise qui me fait confiance et qui me laisse tester des choses nouvelles
  • Le fait de partager les convictions sociétales et écologiques défendues par ADEO

La grande force de votre formation à l’N7 ?

Avec le recul, je m’aperçois que l’école m’a transmis des fondamentaux qui me sont encore utiles vingt ans plus tard. Cette capacité à apprendre en permanence et à toujours être pertinent me permet aujourd’hui d’appréhender au mieux les nouvelles technologies. L’autre atout de l’école : les activités extrascolaires proposées par l’N7. D’avoir travaillé au journal de l’école, puis au ciné-club m’a permis d’avoir un pied dans le monde de l’entreprise. On apprend beaucoup sur la gestion de projet, la collaboration, mais aussi le leadership.

#MonSuperPouvoir Mon atout, c’est ma fibre artistique. Mon expérience dans l’univers de la musique m’a appris à écouter et à être agile, mais également à ne pas avoir peur de sortir des sentiers battus, ne pas se satisfaire de l’existant et créer de nouvelles choses.

Chiffres clés : 33 enseignes dans 15 pays / CA 2017 : 21,8 Mds€ / 112 000 collaborateurs / 619 magasins

Contact : laurent.ostiz@adeo.com

DSI : c’est qui le patron de la donnée ?

Qui est vraiment le Directeur des Systèmes d’Information ? Pièce maîtresse de la performance de l’entreprise, quelles sont ses compétences clé ? Portrait-robot

Le secret marketing de BDR Thermea ? La chaleur humaine !

Yves Lichtenberger, Directeur Marketing du groupe, vous prouve que le fabricant de chauffage a tous les atouts pour vous séduire.

Vivez une aventure agro-industrielle chez Axéréal

Pierre Toussaint, directeur Commercial, Marketing et Qualité d’Axéréal, partage la recette du succès de la collectivité agricole.

BNP Paribas Asset Management : digitalement vôtre

Vous êtes passionné d’IT ou data addict ? Alors BNP Paribas Asset Management est The Place To Be. QVT, challenges, ambiance de travail… Christophe Lepage nous dit tout !

Naviguez au cœur de la collaboration du futur avec Airbus

Connectez-vous au futur avec Philippe Devos, Senior Director, Strategic Campaigns & Government Affairs de Secure Land Communications chez Airbus.

Hackez le futur avec la prospective

Technologies, économie, conflits… Pour contrer les incertitudes, dans un monde en constant mouvement, une seule solution : la prospective

Natixis : la transformation commence par celle de ses équipes

Au cœur de la transformation digitale de Natixis avec Luc Barnaud, directeur Digital & Technologie, et Pierre Leger, Expert Leader 89C3R Innovation LAB.

La Poste en mode collaboratif

Passer d’une structure hiérarchique à un mode collaboratif est le défi relevé par Marc BONNIN, Directeur des services collaboratifs du groupe La Poste.

IMT Atlantique fait une belle percée dans les classements

Nouvelle née parmi les écoles d’ingénieurs, IMT Atlantique est très engagée dans la promotion de son nouveau positionnement et de sa marque. Les classements sont un outil parfait pour cela comme en témoigne Anne Beauval, sa directrice déléguée....

Métropolisation de l’emploi : les métropoles concentrent près de la moitié des offres d’emploi

Alors que la question de l’égalité des territoires est au centre de tous les débats, la société HelloWork (ex-groupe RegionsJob), l’acteur de référence sur le marché de l’emploi, du recrutement et de la formation sur Internet en France publie une étude sur le phénomène de métropolisation de l’emploi dans l’hexagone.