[❤ my campus] Laure Thouvenin, jeune diplômée du Bachelor de l’IHTTI, école de Swiss Education Group, nous parle de SON école et de sa passion pour l’hôtellerie de luxe. Elle est chef de rang au sein du prestigieux Four Seasons Georges V à Paris depuis deux mois.

 

L’hôtellerie de luxe, une vocation ?

Depuis toujours je souhaitais devenir architecte. Mais, en Terminale, je me suis rendue compte que ce n’était pas du tout ce que je voulais faire suite à des JPO d’écoles … Cela a engendré une remise en question. Puis, des amis de mes parents sont venus en séjour à la maison et j’ai tout organisé pour eux : la chambre, les repas, je les ai accueillis comme dans une maison d’hôte et j’ai eu le déclic ! Eux-mêmes m’ont dit « Nous savons ce que tu dois faire, intégrer l’hôtellerie de luxe ».  Je dois aussi préciser que j’avais réalisé mon stage de 3e au sein d’un hôtel.

Quelle histoire entre vous et l’école IHTTI de SEG ?

Forte de ma nouvelle ambition, je me suis renseignée sur les écoles en France et en Suisse. Je suis venue avec mes parents aux JPO de SEG, que j’avais connue lors du salon des grandes écoles à Paris. Nous sommes invités, et nous visitons les 5 écoles. J’ai eu un coup de foudre. J’ai particulièrement aimé l’IHTTI pour son atmosphère familiale en tant que plus petite école de SEG, et sa spécialité en design et architecture du luxe qui rejoint mon premier projet professionnel.

Comment avez-vous postulé ?

J’ai envoyé ma candidature : lettre de motivation, CV, test d’anglais. Puis, j’ai passé un entretien de personnalité. Ce qui importe le plus c’est la motivation, car l’hôtellerie est un métier exigeant, et même rude. Il faut donc vraiment avoir envie de le rejoindre. Il ne doit pas être un choix par défaut. L’entretien sert aussi à valider quelle école nous correspond, répondra le mieux à nos attentes.

Comment avez-vous financé vos études ?

J’ai eu la chance de n’avoir à contracter un emprunt étudiant que pour le dernier semestre de mon Bachelor. Choisir SEG, c’est un investissement solide. Nous savons que nous aurons un travail de qualité et durable à la sortie de l’école. Je ne connais personne qui ait eu du mal à se placer.

jeunes diplômés SEG

Laure et ses camarades le jour de la remise des diplômes

Les pompoms de l'IHTTI (SEG)

Les pompoms de l’IHTTI (SEG)

Qu’avez-vous préféré au plan académique ?

J’ai trouvé les cours très intéressants car ils traitent de ce qui me passionne. La relation avec les professeurs est de qualité. Ils sont attentifs à notre développement et nous suivent durant les 4 ans du Bachelor. Ils font en sorte que tout le monde suive, ils ont tous été des professionnels de l’hôtellerie et sont eux aussi passionnés. Nous étudions en petites classes. J’ai gardé des contacts avec certains professeurs et avec le directeur académique.

Pour en savoir plus sur Swiss Education Group et ses 5 écoles, lire l’interview de Christèle Mazza, responsable recrutement pour la France et Monaco.

Le développement personnel en tant que futur leader est un objectif clé de la formation ?

En effet, nous sommes là pour nous préparer à devenir des leaders dans nos métiers. Très clairement, nous sommes des personnes différentes en sortant de l’école. J’ai pris confiance en moi, je suis capable de choses incroyables ! Lorsque je suis arrivée à 17 ans, j’étais très timide et je parlais mal l’anglais. J’ai été boostée et poussée à faire ce que je ne savais pas faire plutôt que de rester dans ma zone de confort. J’ai donc été recrutée pour l’équipe des JPO. Je devais chaque mois représenter l’école devant des parents et candidats, je faisais des présentations aux entreprises, des interviews pour des journaux du monde entier, (Kazakhstan, Russie !) le tout en anglais bien sûr.

Nos enseignants attendent que nous questionnions tout, que nous nous dépassions, nous remettions en question, et soyons très actifs et moteurs. Grâce à cette posture et à cette mentalité, j’ai terminé tous mes stages en tant qu’assistante de direction. C’est comme cela que cela fonctionne dans l’hôtellerie : il faut être proactif et demandeur.

Et côté vie de campus ?

Le plus sympa est d’évoluer au sein de promotions très internationales. C’est très enrichissant et nous apprend à nous adapter, à être compréhensifs, à accepter la manière de travailler différemment selon les cultures, à se mélanger. Il règne une super ambiance sur le campus d’IHTTI à Neufchâtel. Tout le monde se soutient, se serre les coudes. Il n’y a pas de compétition  malsaine. Nous réalisons de nombreux travaux de groupe, cela nous soude. Tout comme la vie étudiante très dynamique. Nous vivons ensemble, dans des studios design avec vue sur la montagne, nous mangeons ensemble, nous nous faisons découvrir nos spécialités, nous partons en week-ends ou excursions ensemble, organisons des soirées…

Nous formons une deuxième famille. Où que nous allions sur le campus nous savons que nous trouverons quelqu’un pour échanger, discuter. Nous ne sommes jamais seuls. Tous les 6 mois nous participons à une compétition sportive inter écoles de SEG, c’est un moment très sympa d’émulation, c’est la guerre entre les écoles 🙂 Cette vie étudiante me manque !

Vous avez rejoint le Four Seasons Georges V à Paris il y a deux mois, qu’est-ce qui vous donne le sourire chaque matin ?

Je suis chef de rang dans le restaurant principal de l’hôtel. C’est un palace parisien très réputé. En soi c’est déjà énorme de rejoindre une équipe de ce niveau. Je suis ravie d’être là après une expérience décevante au Canada où l’exigence a été moindre. Ici, les exigences sont incroyables, le niveau de service attendu est exceptionnel. C’est très stimulant d’autant que l’équipe est soudée, conviviale, nous nous soutenons beaucoup. C’est crucial car le rythme est extrêmement dense. C’est très dynamique, il n’y a pas de routine. C’est une chance de travailler dans une équipe passionnée et très internationale. C’est très intense et me prépare à la vraie vie de manager !