Vendredi 14 mars, 18H15. Je retrouve les étudiants de l’association Prix Littéraire des Grandes Ecoles devant la Bibliothèque François Mitterrand, à l’occasion d’une visite de la prestigieuse Bibliothèque Nationale de France. Notre guide, Sylvie Dreyfus-Alphandéry, nous rejoint et la visite démarre. Suivez le guide…!

 

Nous commençons notre tour par un bref historique des lieux : la BNF, construite en 1994 sur les ordres du Président Mitterrand, n’est autre que l’héritière des collections royales et impériales françaises amassées depuis le Moyen Age. Rythmée par les changements de gouvernement, la BNF change de nom mais ne désemplit pas ! A ce jour, on compte près de 14 millions de livres sur ses étagères recueillis par dépôt légal ou acquisition. Quelques informations plus tard, Sylvie nous invite à descendre dans les salles de recherches. Après avoir franchi plusieurs portiques de sécurité, descendu deux escaliers, nous pénétrons dans un couloir silencieux, longeant des salles de travail où des personnes concentrées se déplacent, munies de leur sacoche transparente (pour éviter les vols) d’étagères en étagères. C’est dans ce silence que la responsable du secteur Littérature et Art, Aline Annabi, nous propose de découvrir quelques ouvrages inédits de bibliothèque…

Dans l’arrière salle de la réserve, une dizaine de livres est exposée sur une table : les trois derniers romans récompensés par le Prix Littéraire, le premier roman de la Série Noire de Gallimard, une édition hollandaises du Candide de Voltaire ou encore l’un des deux exemplaires au monde de Mopsi et Nisa, œuvre érotique en latin… nous avons été gâté ! Sous nos yeux émerveillés, la conservatrice nous raconte l’histoire de ces ouvrages et nous apprend que chaque œuvre est marquée d’un tampon qui atteste de la propriété de la BNF. Lorsque l’on feuillette les pages de certains livres, on trouve trois tampons différents, correspondant aux différents gouvernements qui se sont succédés au moment de sa parution : le tampon impérial de l’Aiglon, le tampon royal de la Restauration et enfin le tampon républicain de la bibliothèque nationale. Ces marquages peuvent paraître anodins pour le lecteur, mais ils font des œuvres exposées à la BNF les témoins de l’Histoire de France depuis le Moyen Age. Alors que la visite s’achève, notre guide nous glisse dans l’oreille que certains ouvrages très précieux sont cachés dans les murs de la réserve de la BNF. Parmi eux, Sylvie ne connait que la Bible de Gütenberg; les autres bijoux de la Littérature n’étant accessibles qu’à certains réservistes privilégiés…! Quels secrets renferme donc  la Réserve de la BnF ?

 

Amateurs d’Histoire et de secrets, venez vivre votre passion à travers les ouvrages inédits que cache la BNF !

 

Olympe Muller