Concert classique pendant Ap(art)és

Concert classique pendant Ap(art)és

Tout du moins une année très chargée pour le Bureau des Arts (BdA) de l’école Centrale Paris. Celui-ci a pour vocation de promouvoir la culture sous toutes ces formes. Cela passe tout autant par l’organisation d’événements sur le campus même que par l’obtention de réductions pour les spectacles et expositions organisés aux alentours. Pour répondre à ces attentes, une nouvelle équipe vient de prendre place, chargée d’ambition et de projets pour l’année à venir. Jusqu’à l’été, deux gros événements rythmeront ainsi la vie centralienne et égaiyeront le quotidien des élèves de l’école. Quand les fleurs commenceront à éclore et les oiseaux à gazouiller, l’heure du théâtre sonnera sur le campus. Les troupes étudiantes battront en effet les planches à l’occasion de la renaissance de notre festival de théâtre, Arrache-Coeur.

À l’affiche
Mais 2011 sera également marqué du sceau de la diversité. Un secteur danse a ainsi vu le jour et se prépare déjà à l’organisation d’un événement sur le campus au cours duquel la danse, tant contemporaine que classique, sera célébrée. Entre initiations et spectacles professionnels, cet événement, répondant au doux nom d’Arabesque, n’oubliera pas de mettre à l’honneur les nombreux clubs de danse de Centrale. Dans ce monde profondément masculin que celui des écoles d’ingénieurs, la bière, le foot et la pizza seront remplacés l’espace d’une soirée par la beauté, la douceur et la grâce. Ce rythme ternaire ne vous donne-t-il pas d’ailleurs l’envie de vous évader le temps d’une valse ? 2011, c’est aussi pour l’automne une nouvelle édition d’ Ap(art)és, une semaine où l’art s’empare du campus. Se mélangent ainsi allègrement concerts, dégustations, conférences et théâtre pour aboutir au final à une véritable synesthésie baudelairienne !

Jam Session de septembre 2010

Jam Session de septembre 2010

One Reeler
Mais le BdA est profondément païen et sacrifie ainsi à toutes les muses, même les plus modernes. Ainsi, la fin d’année sera l’occasion de célébrer une nouvelle fois la création cinématographique. La recette est simple. Prenez une sélection de deux heures de courts-métrages étudiants, un jury professionnel et un public chauffé à blanc. Mélangez le tout. Vous obtenez une nouvelle édition réussie de One Reeler. Mais en attendant ces événements, le BdA ne pointe pas à l’ANPE. Tous les secteurs se démènent en effet en quatre pour proposer une offre abondante et variée à tous les élèves.
Eblouis par le Lac des cygnes à Bastille, charmés par l’Andromaque de la Comédie française, songeurs devant Basquiat, les centraliens ont pu ainsi profiter en 2010 d’une multitude de bons plans à tarifs préférentiels.
Tout cela continue et s’accélère en 2011, de nouveaux accords avec des salles parisiennes se profilant déjà !

À l’écoute des étudiants
Mais la mission du BdA – Bureau des Arts pour les lecteurs non initiés qui n’ont pas d’aïeux pachydermes – ne s’arrête pas là. Il se doit également de catalyser l’énorme vivier culturel du campus. Bon, le nouveau Boris Vian n’est certainement pas encore arrivé à Centrale. Mais il n’en reste pas moins qu’après deux ans au minimum passés dans le monde clos des classes préparatoires et de la chose scientifique, nombre de centraliens veulent changer d’horizon et se rafraichir l’esprit. Le BdA essaye de répondre à ces légitimes aspirations. Que dis-je, le Bda répond à ces aspirations. Pour preuve, le mois de janvier a ainsi vu se succéder à une Jam Session – spectacle où les acteurs sont les spectateurs, invités à monter sur scène avec leur instrument pour improviser – un café bouquin où tous ont pu partager leurs impressions de lecture.

Timothée Erard, pour Ap(art)és

Contact : timothee.erard@student.ecp.fr