L’Apec publie aujourd’hui sa note de conjoncture pour le 3e trimestre 2016. Et les signaux semblent plus qu’encourageants sur le marché de l’emploi des cadres ! En effet, les entreprises déclarent avoir l’intention d’embaucher et près des ¾ sont certaines de concrétiser leurs intentions en embauches effectives. Une dynamique de recrutement qui n’oublie pas les jeunes diplômés, de plus en plus recherchés dans les secteurs des services aux entreprises, des activités informatiques, de l’ingénierie R&D et de la bancassurance.

Des signes de reprise de croissance

L’INSEE revoit à la hausse ses indicateurs pour la croissance de 2015 (+ 1.2 % du PIB) et de début 2016 (+ 0.6% de PIB, essentiellement sur le commerce avec + 1.4 % et la construction avec + 0.5 %). L’Institut constate également un déplacement certain du moteur de la croissance, des exportations vers la demande intérieure. Pour le 3e trimestre, ses estimations restent positives avec une croissance du PIB estimée à + 0.3 %, portée notamment par les services marchands et la construction.

Des signaux encourageants qui se répercutent sur le marché de l’emploi. Ainsi le 1e trimestre 2016 a-t-il vu augmenter de + 0.4 % les effectifs salariés du secteur privé (soit + 0.9 % et 89 000 postes créés sur 12 mois glissants). Des chiffres qui devraient permettre au taux de chômage de repasser sous la barre des 10 %.

Un environnement économique qui s’améliore

60 % des entreprises interrogées déclarent évoluer dans un environnement économique stable et pour beaucoup il s’est même amélioré. Un constat flagrant dans el domaine de la construction, mais aussi dans les entreprises des secteurs des activités informatiques, de la bancassurance, du conseil et des services aux entreprises, très optimistes.

 

« La reprise sur le marché de l’emploi cadre se confirme. Ainsi 52% des entreprises envisagent de recruter au moins un cadre au troisième trimestre 2016, soit 4 points de plus qu’il y a un an à la même période » – Jean-Marie Marx, directeur général de l’Apec.

 

Des recrutements plus nombreux

58% des entreprises de plus de 100 salariés ont recruté au moins 1 cadre au 2e trimestre 2016 ( +7 points par rapport à la même période en 2015). Des embauches généralement motivées par le développement de l’activité de l’entreprise (27 à 29 %) ou des remplacements (53 %). Une dynamique qui devrait se poursuivre au 3e trimestre : 52 % des entreprises interrogées par l’Apec envisageant de recruter au moins 1 cadre (soit + 4 points par rapport au 3e trimestre 2015). 73% d’entre elles sont même certaines de le faire.

La proportion des entreprises ayant recruté au moins 1 cadre est en hausse de 7 points par rapport à 2015. Le secteur des activités informatiques est le mieux positionné, suivi de près par l’industrie et l’ingénierie / R&D. Un mouvement certain mais dont l’ampleur reste toutefois assez hétérogène. Par exemple, dans la bancassurance, 4 entreprises sur 10 font part d’un volume actuel d’embauche de cadres moins important qu’à la même période en 2015.

 

Pourquoi recruter ?

La moitié des entreprises qui recrutent le font en raison du turn-over, des départs en retraite et du développement de leur activité. C’est d’ailleurs ce dernier point qui motive une grande majorité (69 %) des embauches réalisées par les entreprises évoluant dans le domaine des activités informatiques.

 

Sur quels postes ?

Les cadres commerciaux restent les profils les plus recherchés par les entreprises (42 % des intentions d’embauche au 3e trimestre). On constate aussi une hausse des recrutements de cadres en études R&D (+ 3 points) mais une baisse des cadres des fonctions gestion-finance-administration (- 4 points). Par ailleurs, les cadres des RH (+7 points), les cadres informaticiens (+6 points) et les cadres des services techniques (+4 points) sont plus recherchés que l’an passé.

 

Et avec quels profils ?

Les profils avec 1 à 10 ans d’expérience restent la priorité des entreprises qui recrutent. Si ces profils opérationnels bénéficiant de quelques années d’expérience sont plébiscités, les jeunes diplômés ne sont pas en reste. La proportion de leurs recrutements connait une hausse de près de 5 points par rapport à 2015 et 38% des entreprises se déclarent désormais ouvertes à leur embauche.

 

Par Clarisse Watine