Pris en charge et stockés par de gigantesques data centers à travers le monde, les emails génèrent une pollution invisible absolument phénoménale. Quels bons réflexes adopter en entreprise pour réduire la facture écologique ? Les conseils d’Henri Rivollier, Directeur National de SUP’DE COM, à l’initiative du Tome 3 du livre blanc « Pour une communication plus responsable » .

 

#1 Les PJ c’est pas automatique !

Quand vous devez joindre des fichiers à votre mail, privilégiez un fichier compressé, un document pdf en basse résolution ou un lien vers une plateforme du type We Transfer ou Google Drive. De même, lorsque vous répondez ou transférez un mail, ne systématisez pas l’envoi de la PJ. Vous pouvez également épurer les pictogrammes et autres images qui se mettent automatiquement en pièce jointe. Attention toutefois à ne pas supprimer ceux qui constituent des éléments de communication importants, comme les pictogrammes renvoyant à vos réseaux sociaux.

#2 Cc. cci. & compagnie

Bannissez absolument le réflexe « répondre à tous ». Non seulement vous surchargez les boites mails de personnes qui ne sont pas forcément concernées par vos échanges, mais en plus vous engendrez un gaspillage énergétique d’envergure. Evitez également de répondre ou de transférer un mail en conservant tout l’historique de la conversation si cela n’est pas nécessaire à la compréhension de votre message.

 

« Selon l’ADEME, un mail avec une pièce jointe de 1 Mo équivaut à 19g de Co2 : quand on sait qu’en une journée ce sont 200 milliards de mails qui sont envoyés, cela prête à réflexion ! »

 

#3 Se désabonner

Lorsque vous recevez des spams ou des newsletters non désirés, ne doutez plus et désabonnez-vous immédiatement de tout ce qui ne concerne pas immédiatement vos problématiques quotidiennes. La nouvelle règlementation RGPD devrait d’ailleurs contribuer à réduire ce phénomène d’envois massifs.

#4 Faire le ménage dans ses mails

Classez régulièrement vos mails, supprimez ceux qui sont les plus lourds et enregistrez ceux que vous souhaitez conserver dans un dossier. Faites également attention au format que vous utilisez. Privilégiez le format classique au HTML, quatre fois plus polluant.

#5 Mettre de l’ordre dans ses boites

Videz vos boites « éléments indésirables » et « éléments supprimés » tous les jours : inutile de conserver des messages que vous ne réutiliserez jamais. Effacez également les mails traités dont la conservation ne s’impose pas. En revanche, gardez précieusement vos « éléments envoyés », toujours utiles en cas de back-up.

Des best practices pour aller plus loin

Attention à vos impressions : vérifiez toujours que vous imprimez le mail qui vous intéresse et non l’intégralité de l’historique de vos échanges. Economie de papier garantie !
Vous envoyez une newsletter : sélectionnez sa cible de façon précise et évitez ainsi d’envoyer des mails inutiles à des destinataires qui la mettront automatiquement à la corbeille.
Vous publiez sur les réseaux sociaux : n’oubliez pas que l’écoresponsabilité a aussi une dimension sociétale. Vous n’êtes pas d’accord avec un message, inutile de le retweeter, vous ne faites que contribuer à sa viralité.

Envie d’aller plus loin ?

Les 6 clés pour devenir un pro du mail pro