En quatre ans, l’emploi des personnes handicapées en entreprises a augmenté de 31 %. Une réalité à laquelle participe pleinement BUT, une référence en matière d’insertion des travailleurs handicapés. Et une politique qui est tout sauf un handicap pour Sandrine Lenoble (université Marne-la-Vallée, 2011), responsable Mission Handicap du groupe, et Vanara Le Bozec (IAE-IGR Rennes 98), responsable RH.

 

Sandrine Lenoble (Université Marnela- Vallée, 2011), responsable Mission Handicap du groupe

Sandrine Lenoble (Université Marnela- Vallée, 2011), responsable Mission Handicap du groupe

 

 

Depuis le premier accord signé en 2011, la Mission Handicap de BUT n’a cessé de multiplier les actions en faveur des personnes en situation de handicap. Aujourd’hui, le groupe vient de signer un nouvel accord de trois ans, approuvé à l’unanimité par les partenaires sociaux. « Les mentalités évoluent. Notre groupe est en plein développement, ce qui amène de nombreuses opportunités d’embauche. Il est donc important de poursuivre notre action et de renforcer notre communication tout au long de l’année. »

 

Assurer un suivi continu
En 2014, les bases sont solides. « Les directeurs ont intégré la Mission Handicap et n’hésitent pas à nous consulter s’ils ont des questions. » Ergonomes, CAP EMPLOI, clubs de missions handicap… BUT s’est construit un réseau de partenaires partout en France pour s’adapter au mieux à ses collaborateurs handicapés. « Nous agissons au cas par cas pour aménager le poste de travail selon les besoins de chacun. Et parfois cela profite à tous. Nous avons par exemple installé un système d’alerte lumineuse pour une hôtesse déficiente visuelle pour prévenir l’arrivée en caisse des clients. Nous avons aussi rapproché le coffre. Le confort est amélioré pour tout le monde. »

 

 

« Faisons bouger les préjugés et évoluer les mentalités ensemble. »

Des collaborateurs très réceptifs
La Mission Handicap multiplie les actions en interne afin de sensibiliser les collaborateurs au sujet : pièce de théâtre pour lutter contre les idées reçues, invitation de l’association Handi-Chien dans les locaux… « Nous formons également nos managers pendant une demi-journée à cette problématique. Nous allons également publier des flyers pour présenter le nouvel accord qui vient d’être signé, des bulletins d’information sur les différentes pathologies du handicap… Nous menons des actions régulières tout au long de l’année. Il ne faut pas relâcher nos efforts. »

 

Tous les métiers accessibles
Chez BUT, la discrimination n’a pas sa place : tous les métiers sont ouverts aux personnes handicapées. « Toutes nos offres sont diffusées sur les sites web dédiés au handicap. Je reçois directement les candidatures et j’effectue un premier tri en fonction des compétences avant de les soumettre aux managers. Mais le principal problème reste la qualification des travailleurs qui est souvent inférieure à nos besoins notamment pour les fonctions support. » Une préoccupation essentielle pour BUT, qui va ouvrir plusieurs recrutements en 2014 pour accompagner sa croissance « dans les fonctions supports au siège, mais surtout opérationnelles. Nous aurons besoin de futurs directeurs de magasin et de chefs de vente. Les stages restent une excellente porte d’entrée. Un jeune stagiaire aux achats a ainsi été embauché comme chef de produit junior, puis chef de produit pendant un an. Aujourd’hui, il a évolué au sein de notre bureau de sourcing en Chine. »

 

La semaine du Handicap :
une semaine pour apprendre et partager Chaque année, cette initiative permet de sensibiliser les collaborateurs au sein de nos magasins, de les rapprocher et même d’échanger avec les clients. « Des ateliers handisport ont ainsi été organisés. L’initiative ‘’un jour, un métier en action’’ (©ADAPT) permet de présenter nos métiers à des personnes handicapées. Certains nous ont ensuite rejoints en stage. C’est très concret et cela permet à chacun de comprendre que le handicap n’est pas un frein. »

 

VC

 

Contact : sandrine.lenoble@but.fr