Spécial Handicap

 

Créée en 2010, la Fédéeh (Fédération Etudiante pour une dynamique « Etudes et Emploi avec un Handicap ») est née d’un triple constat.

Premièrement, celui « d’un engouement étudiant pour la problématique du handicap », selon les termes de Fabien Gaulué, son délégué général.

Deuxièmement, celui de l’absence d’un portail qui centraliserait les informations utiles aux étudiants handicapés. « Ce dont se plaignent nos membres en situation de handicap, c’est d’une absence d’information, qui n’est jamais là au bon moment », déplore ainsi Fabien Gaulué.

Et troisièmement, celui de l’absence d’un réseau réunissant les étudiants handicapés. « Il faut essayer d’aller contre les situations d’isolement des jeunes handicapés. Souvent, ce qui est sacrifié, ce sont les relations sociales. Or, c’est pendant le temps des études que l’on se constitue son réseau professionnel », explique le délégué général. « Auparavant, les politiques handicap dans les établissements supérieurs se faisaient sans les étudiants handicapés parce qu’ils n’avaient pas une expression organisée. »

Pour lutter contre ces écueils, les associations bénévoles étudiantes, les jeunes handicapés, les établissements supérieurs et tous les autres membres de la Fédéeh mettent en place un certain nombre d’actions pour optimiser les conditions de formation et d’insertion professionnelle des jeunes handicapés. Organisation d’Handicafés ou événements sportifs, constitution d’un réseau social de jeunes handicapés (…) ne sont qu’une partie d’entre elles. Mais surtout, l’année 2011-2012 est marquée par le lancement national du programme PHARES (Par delà le Handicap, Avancer et Réussir des Etudes Supérieures), un système de tutorat étudiant pour l’accès aux études supérieures des jeunes handicapés qui avait déjà été mis en place au niveau local dans le Val d’Oise par l’ESSEC, en 2008. Le principe : organiser le parrainage de jeunes collégiens et lycéens handicapés par des étudiants volontaires de l’enseignement supérieur dans une démarche de lutte contre l’auto-censure et d’aide à la poursuite d’études. Pour commencer, seules 6 académies ont été ciblées pour intégrer le programme, mais plusieurs universités et écoles rejoindront PHARES courant 2012, avec pour objectif une présence dans la moitié des académies métropolitaines durant l’année scolaire 2012-2013.

 

Claire Bouleau
Twitter @ClaireBouleau