Communiqué de presse :

A l’heure des grandes interrogations liées à son orientation, le Bachelor est l’une des voies privilégiées par ceux qui souhaitent intégrer une grande école avec un cursus court et professionnalisant. L’ESILV, grande école d’ingénieurs généraliste très orientée vers les nouvelles technologies a ouvert en 2018, le Bachelor Ingénierie Numérique. Cette formation en 3 ans à la pédagogie ‘learning by doing’ et au mode de fonctionnement très innovants séduit les bacheliers et les Bac +1 en quête de réorientation. Une trentaine ont d’ores et déjà saisit l’opportunité de devenir spécialistes de toutes les composantes du numérique. Quelles sont leurs motivations ?

 

La trentaine d’étudiants en 1ère année de Bachelor Ingénierie Numérique de l’ESILV plébiscite cette nouvelle opportunité d’acquérir – en 3 ans – les fondamentaux dans tous les domaines du numérique et le titre de Chef de projet digital (RNCP Niveau II, reconnu par l’État), au sein d’un environnement privilégié.  Cette formation axée autour de secteurs d’activité porteurs tels que l’Automobile, l’Aéronautique, l’Energie, la Santé, la Ville et Bâtiments intelligents, la Banque et assurance a des domaines d’application très variés : Développement logiciel, Objets connectés, Big Data, Cybersécurité, Applications mobiles, Intelligence Artificielle.

S’il s’agit majoritairement de bacheliers en S, ES ou STI2D, la moitié d’entre eux a fait le choix d’intégrer le Bachelor ESILV après une – voir deux – années d’études (DUT Génie mécanique et productique (GMP), DUT Génie industriel et maintenance (GIM), Licence MIPI, Licence MIASHS, PACES…). Tous s’accordent à vanter les atouts de cette formation atypique et professionnalisante :

Un contenu complet : Le Bachelor Ingénierie Numérique offre une formation complète en informatique, Big Data, intelligence artificielle, électronique, systèmes et objets connectés, sur laquelle les diplômés peuvent s’appuyer dans la perspective d’un premier emploi ou d’une poursuite d’études en France ou à l’étranger. De plus, le développement des soft skills (compétences personnelles) est favorisé par une démarche projet, menée en continu et en équipes, grâce à laquelle s’expriment la créativité, l’esprit d’entreprise, la coopération et l’aptitude aux relations humaines des élèves.

Un format original : Le learning by doing (apprendre par la pratique) est au cœur du projet pédagogique innovant du Bachelor Ingénierie Numérique. Chaque élève est ainsi acteur de son apprentissage que ce soit en cours, en projet ou encore en hackathon. La pédagogie inversée est appliquée : en partant des problèmes rencontrés, les élèves recherchent l’information utile, remontent aux concepts et structurent leurs connaissances, sous l’encadrement des enseignants de l’école. Les cours du matin sont immédiatement suivis d’une mise en application au travers de projets ou d’hackathon avec d’autres établissements. Enfin, la 3ème année du programme en alternance permet aux élèves d’être pleinement immergés dans le monde professionnel.

« Je suis fan des cours appliqués. En informatique, grâce aux explications du professeur, nous programmons dans la foulée. En électronique, nous apprenons à créer des systèmes nous permettant de créer nos propres projets à l’infini! Nous apprenons également à comprendre le fonctionnement d’un PC en le démontant ;  en Maths, nous appliquons directement nos cours à la pratique, et bien plus… Ce mode d’apprentissage est parfait pour les élèves qui préfèrent pratiquer pour apprendre.» ajoute Ariane Paré- Lee (issue de Licence Economie et Gestion).

Un campus ultra moderne : les installations technologiques et sportives ainsi que le tissu associatif du Pôle Léonard de Vinci (FabLab, atelier de fabrication, salles d’électronique, d’informatique, laboratoire mécanique et énergétique, Learning Center, salles de sport, une cinquantaine d’associations étudiantes…), dont profitent les étudiants du Bachelor Ingénierie Numérique permettent d’adapter à chaque objectif pédagogique le format d’apprentissage correspondant.

« Intégrer une grande école comme l’ESILV en suivant un programme court combinant théorie et pratique, en mode contrôle continu est un privilège. L’accès à toutes les infrastructures sportives, associatives et pédagogiques du Pôle Léonard de Vinci constitue un vrai plus et me permet d’être un membre très actif de Da Vinci Bot (association de robotique)», précise Nader Narcisse

Une formation professionnalisante : les diplômés ont le choix de rejoindre à l’issue de leur formation, une entreprise en France mais également à l’international grâce aux relations de l’ESILV, ou de poursuivre leurs études en intégrant des programmes masters ou des écoles d’ingénieurs.

 

Conditions d’admission et informations pratiques :

Candidatures : Bacheliers ES, S, STI2D, STL ou Bac+1 scientifique ou technologique
Admission jusqu’à fin juillet 2019 sur le site www.esilv.fr
Procédure d’admission : Étude de dossier et entretien
Frais de candidature : 40 euros (gratuit pour les boursiers)
Nombre de places : 40
Démarrage de la formation : 10 Septembre 2019
Frais de scolarité : Années 1 et 2 : 6 500 euros par an
Année 3 : financée par l’entreprise d’accueil de l’alternant
Poursuite d’études en 2ème année du cycle ingénieur de l’ESILV est soumise à condition de niveau. D’autres poursuites d’études sont possibles à l’IIM (Institut de l’Internet et du Multimédia – Pôle Léonard de Vinci) dans les spécialités Ingénierie Web et mobile, Interactivité & UX Design, Stratégies e-business, etc.

 

 

FinTech & métiers en tension : à l’ESILV, 200 étudiants déjà formés à la programmation blockchain