Lancé le lundi 21 Novembre, le 1er Championnat de France de Poker Grandes Écoles et Universités, sponsorisé par le PMU, rassemblait dès la première semaine 60 campus inscrits. Retour sur les raisons de ce succès…

 

La genèse du championnat
L’idée du championnat est né d’un double constat des deux organisateurs Bruno Louy et Hugues Dehem : D’une part, celui, comme l’explique Bruno Louy, président de l’École Française de Poker, que jusqu’à présent, les seuls événements de ce type étaient soit des petites initiatives locales, soit des opérations commerciales sans vraie motivation sportive, qui ne cherchaient pas réellement à mettre en place un championnat. « Il y avait déjà un vivier important de compétitions étudiantes qui n’était peut-être pas encore développé entièrement. » remarque Hugues Dehem, directeur de l’EFP-Business. D’autre part, celui d’une forte attraction pour le poker dans le milieu étudiant. « Je côtoie beaucoup d’élèves du Nord de la France et une grande partie d’entre eux est attirée par le poker » remarque Maxence Hermand, ancien président de l’association de poker de Centrale Lille, qui a par ailleurs constaté que le nombre de membres de l’association avait considérablement augmenté ces dernières années. « Le poker est pratiqué à 75% par des personnes qui appartiennent à la classe basse 18-34 ans, et en plus, la très grande majorité des joueurs de poker a fait des études supérieures » résumait Bruno Louy, soulignant par là même la nécessité urgente de créer enfin un championnat de poker destiné aux élèves des écoles et universités.

 

Le principe
« C’est un championnat par équipe, (…) une compétition inter écoles » explique Hugues Dehem. En effet, la finale du championnat réunira au Palais Brongniart à Paris les 10 et 11 Mars 2012 100 écoles et universités représentées chacune par leurs 5 meilleurs joueurs. A l’issue de 5 tournois organisés en parallèle, le campus champion de France de poker sera désigné ! Avant cela, cependant, toutes les étapes préliminaires du championnat auront eu lieu, elles, sur internet. Les tournois de qualification ont commencé le lundi 21 Novembre et se termineront le mercredi 8 février. Pour participer, les étudiants doivent se rendre sur le site www.francepokerchamp.fr et s’y inscrire. Il leur suffit ensuite d’ouvrir un compte sur www.pmu.fr et de télécharger le logiciel PMU Poker. « Les qualifications ne demandent pas beaucoup de temps, elles peuvent se faire chez soi, elles sont sur internet, c’est facile », résume Hugues Dehem. Chaque tournoi permet d’accumuler des points mais il n’est en aucun cas obligatoire pour les participants de faire tous les tournois de qualification pour espérer accéder à la demi-finale. Une fois les sélections clôturées, la demi finale aura lieu le dimanche 19 février, à 18H, en ligne. Pour qu’une école puisse y participer, il faut que dix de ses étudiants au moins se soient inscrits et aient joué au moins une fois lors des sélections. Si cette condition est remplie, ce sont alors les dix meilleurs étudiants (selon les classements des tournois de qualification) de chaque école qui s’affronteront lors de la demi-finale. Comment obtenir un maximum d’élèves inscrits par campus ? Grâce aux élèves ambassadeurs, ces étudiants « qui ont pour but de qualifier et de représenter leur école » explique Vianney D’Halluin, président de l’Association Poker Iteem. « Leur but : inscrire le maximum de personnes de leur école. Si leur équipe se qualifie, alors eux auront accès à un tournoi des ambassadeurs au palais Brongniart en parallèle de la finale » *

 

Pourquoi participer ?
La grande nouveauté de ce championnat, c’est le fait qu’ « il récompense à la fois une performance par équipe et une performance individuelle » (Stéphane Auffret, responsable PMU Poker), la « dynamique d’émulation entre les écoles en compétition » (Bruno Louy), le fait qu’« on vient représenter son école » (Hugues Dehem). « Nous ,on est là pour positionner l’image sportive et compétitive du jeu (…) qui s’inscrit plutôt dans une pratique responsable, avec des tournois et non des cash games où on peut perdre son agent en une seconde » explique le responsable PMU Poker. Le tout dans une ambiance « entre convivialité et compétition » selon les termes de Vianney d’Halluin. Autant d’éléments qui donneront sans aucun doute envie aux étudiants français de part et d’autre de se lancer dans la « course aux clochers ». Mais ce n’est pas tout. Pour Hugues Dehem « ce qui va séduire les étudiants, c’est la gratuité, l’éventualité d’aller à Las Vegas, de représenter son école, le côté convivial ». Eh oui, non seulement le championnat est gratuit, mais en plus, les trois gagnants individuels remporteront un pack séjour d’un voyage pour deux pour Las Vegas. Offerts par PMU, le principal partenaire de l’événement, ces deux récompenses ne sont pourtant qu’une partie de l’ensemble des lots, d’une valeur de 35 000 € au total. « Même dans les tournois gratuits on met des dotations pour les meilleurs » explique Stéphane Auffret, responsable du PMU Poker. Voilà de quoi motiver les professionnels du poker, mais aussi les amateurs, puisqu’à la question « Y a-t-il un niveau exigé pour pouvoir participer ? » Hugues Dehem répond du tac au tac : « Aucun ! »

 

Le bilan, une semaine après le lancement
Bruno Louy : « En quelques jours 60 écoles se sont inscrites, parmi lesquelles certaines qui sont très prestigieuses. C’est un lancement tout à fait réussi. On sent que les étudiants sont amusés à l’idée de batailler gentiment. (…) Je pense qu’on tient potentiellement un gros événement national »
Vianney d’Halluin : « On ne voit que des retours positifs des étudiants. Ils sont enchantés de participer à la compétition. Un gros point positif : le Même des journaux comme le Parisien ou des sites spécialisés comme clubpoker.net ont déjà relayé l’information »
Hugues Dehem : « On est plutôt content du démarrage parce qu’on n’a pas encore fait de plan de com et il y a déjà 60 écoles. Ce sont des joueurs de toute la France, c’est ça qui est extraordinaire !»

 

Jouer au poker, oui, mais pourquoi ?
Maxence Hermand : « Pour moi,c’est un jeu assez cosmopolite, qui n’est pas limité à certaines classes. (…) Personnellement, moi, ce qui me plaît, c’est l’aspect stratégique, statistique. »
Bruno Louy : « C’est une école d’adaptation extraordinaire. On passe son temps à réenvisager la donne. (…) Dans le monde économique, c’est très utile. C’est une école du sang froid, le poker. Les meilleurs joueurs sont capables de maîtriser leurs émotions. (…) Comme dans la vie, on ne maîtrise pas tout (…) mais il faut essayer de prendre la meilleure décision possible. Si vous êtes trop arrogants vous perdrez, si vous êtes trop timorés vous perdrez. S’il y avait une phrase que nous voudrions tous retenir, c’est que le poker est un jeu de l’esprit et un jeu de l’humanité. Un jeu intelligent pour gens intelligents qui tirent plaisir de l’intelligence… »
Vianney D’Halluin : « Ce que j’aime dans le poker c’est le côté convivial qui fait qu’on se retrouve tous autour d’une même passion, et le côté challenge. (…) Ca se rapproche beaucoup de la vie en entreprise parce qu’il faut savoir gérer son stress, prendre les bonnes décisions… »
Hugues Dehem : « C’est le jeu le plus joué au monde. C’est hyper passionnant. Il faut 5 minutes pour apprendre les règles et toute une vie pour apprendre à jouer. (…) Pour moi, c’est un sport de compétition qui est amusant, qui provoque des émotions et qui nécessite énormément de psychologie et d’empathie. »
Stéphane Auffret : « Le jeu nécessite des qualités, des aptitudes, des compétences qui seront utiles dans la vie professionnelle : savoir décider, gérer son stress, communiquer,… »

 

*Pour devenir ambassadeur, contactez martin@francepokerchamp.fr

 

Claire Bouleau

 

Plus d’infos sur : www.francepokerchamp.fr