Rôle, fonction et responsabilités du vice-président

 

Fournir aux clients d’Airbus des services haut de gamme en phase avec l’image de l’avionneur, tel est le défi que relève chaque jour Didier Lux. Ce diplômé de l’ENAC en1975, qui a démarré sa carrière comme ingénieur navigant d’essais, a rejoint Airbus en 2004. Depuis avril 2010, il pilote le service client de l’avionneur en qualité d’Executive Vice President (EVP) Customer Services.

 

Didier Lux, (ENAC 75), executive vice president customer service d’Airbus

Didier Lux, (ENAC 75), executive vice president customer service d’Airbus

Airbus, un vrai succès européen
Leader mondial de l’aviation civile et militaire, Airbus compte plus de 350 clients, sur les 5 continents qui opèrent plus de 6 500 avions. L’avionneur affiche une croissance très forte liée au succès de ses produits (A320, A330, A350 XWB, A380, A400M…). Son carnet de commande compte plus de 4 300 avions à livrer représentant près de sept années de production sécurisées. Les 54 000 salariés d’Airbus sont fiers du succès de leur entreprise, conscients des enjeux futurs de l’avionneur qui a l’ambition de rester sur la première marche du podium. Le groupe EADS, actionnaire d’Airbus, a demandé il y a 4 ans à ses divisions , d’accroître davantage la vente de services « Nous nous développons sur le domaine des services au-delà du support au client, que nous devons fournir de façon contractuelle. Pour rester leader mondial, nous devons être capables de démontrer à nos clients que nous pouvons assurer le support des avions en engineering, en exploitation, au niveau logistique, et en formation, dans le monde entier, en leur fournissant des services à valeur ajoutée, avec un niveau de qualité sans compromis. » L’acquisition de l’équipementier danois Satair s’inscrit dans la stratégie de l’avionneur qui a l’ambition d’occuper une place prépondérante dans les services d’ici quelques années.

 

Qu’est-ce qui a guidé votre parcours ? Quelle sont les grandes lignes de votre fonction ?
J’étais fasciné par l’aviation. Mon parcours, à la DGAC, chez Air Inter puis chez Air France et Airbus m’a permis de voir les différentes facettes du produit complexe qu’est un avion, d’en acquérir une vision assez globale, avec toujours en toile de fond, une priorité absolue, la sécurité. Mon métier consiste à développer les services de façon mondiale autour de 4 axes forts : la logistique et la vente de pièces de rechange, la commercialisation et la gestion de contrats de maintenance à l’heure de vol (« FHS » Flight Hour Services), les modifications avions, auxquelles s’ajoute toute une gamme de solutions opérationnelles au-delà de la formation des équipages et de la maintenance. Nous nous positionnons sur un service haut de gamme en phase avec notre image d’avionneur. Avec les FHS, nous commençons à pénétrer le marché et nous montrons que nous apportons une vraie valeur ajoutée à nos clients.

 

Nos métiers
sont des métiers extraordinaires, où l’on évite la routine, et que l’on doit aborder avec l’envie et le désir de se remettre en cause en permanence.

Comment fédérez-vous vos collaborateurs ?
L’organisation « customer service » compte 4 000 personnes de 40 nationalités différentes, basées partout dans le monde, dont environ 2 500 issues d’écoles de commerce ou d’ingénieurs, avec des niveaux de compétence et de technicité élevés. Je les motive et les fédère autour d’un but commun, de challenges, pour se développer au sein d’une entreprise ambitieuse telle qu’Airbus, à la fois, ouverte sur le monde et tournée vers un futur plein de promesses.

 

Quels types de talents recrutez-vous ?
Airbus offre un spectre très large de métiers de haute technicité dans un environnement d’extrême complexité. Nous avons des clients partout dans le monde, en Chine, aux Etats-Unis, au Moyen Orient, en Europe…, et aussi de nombreux partenaires et sous traitants. Nous recherchons des ingénieurs, des commerciaux, des financiers, etc., mais également des gens qui ont la vision transverse du produit. Des gens enthousiastes, motivés, passionnés. Nos métiers sont des métiers extraordinaires, où l’on évite la routine, et que l’on doit aborder avec l’envie et le désir de se remettre en cause en permanence. Les jeunes sont très bien formés, mais le diplôme ne suffit pas, il faut se battre, travailler son employabilité, être adaptable, capable de s’intégrer dans un environnement international et multiculturel. Le succès d’une entreprise comme la nôtre ne repose pas sur des process mécanisés mais sur l’efficacité des hommes et des femmes qui la composent.

 

A.M.

 

Contact :
www.airbus.com