Alors que les ressources en pétrole diminuent, la demande énergétique mondiale aura augmenté de 50 % en 2030. Mounir Bouaziz (Arts & Métiers ParisTech 81), Vice – Président Moyen Orient et Afrique du NordShell Upstream International expose les projets innovants développés par la société pétrolière pour répondre à ces besoins croissants.

 

Mounir Bouaziz

Mounir Bouaziz

Comment satisfaire une demande énergétique qui ne cesse d’augmenter ?
Parce que le « pétrole facile » n’existe plus, Shell a décidé de se lancer dans un défi industriel de l’investissement. Société la plus compétitive et innovante de son secteur, l’entreprise développe donc aujourd’hui 3 axes majeurs. Il s’agit tout d’abord de l’exploitation en mers profondes (jusqu’à 2000 m). Shell est pionnier en la matière comme en témoigne son incroyable installation de production de gaz naturel liquéfié (GNL) en Australie, dont la superficie dépasse celle de 4 stades de football. Nous développons également de nouvelles technologies pour libérer les gaz de roches, ainsi que des énergies renouvelables comme les biocarburants  et l’hydrogène.

 

Dans quelles mesures Shell innove-t-il en matière d’énergies nouvelles ?
Shell mise énormément sur le gaz naturel. C’est pour nous l’énergie du futur et nous en prévoyons, pour 2012, une production plus importante que celle du pétrole. C’est un vrai atout énergétique et environnemental. Lorsqu’il est utilisé en remplacement du charbon par exemple, satransformationen électricité est plus efficace et les émissions de CO2 sont réduites de plus de 70 %. Il est également un complément efficace aux énergies renouvelables pas toujours suffisantes pour pallier à de fortes demandes énergétiques. Avec deux siècles de réserves, le gaz est une valeur sûre pour l’avenir. Nous parions également sur les biocarburants dont nous sommes le 1er distributeur mondial grâce, notamment, à la joint venture que nous avons créée au Brésil.

 

Quels sont les nouveaux défis pour votre entreprise ?
Avec un taux d’investissement de 25.3 milliards $ et une production de 3.5 millions de barils/an, Shell est un leader de son secteur et la zone Moyen-Orient / Afrique du Nord est évidemment un acteur actif de ce succès. Malgré la conjoncture actuelle, nous comptons y développer des projets d’envergure notamment en Jordanie, au Qatar, en Egypte,  et surtout en Irak. Nous sommes à l’écoute des besoins spécifiques de chacun de ces pays et essayons de comprendre et d’anticiper au mieux les environnements locaux grâce à de nombreux partenariats. Par exemple, alors que le Moyen-Orient est une grande région productrice de pétrole, nous y investissons énormément dans l’exploitation du gaz afin de générer plus d’électricité et d’aider au fonctionnement des entreprises locales. Le défi de demain est notre défi de toujours : innover pour s’accroitre.

 

Les enjeux du secteur
En 2010, la consommation de pétrole s’est élevée à 87.5 millions de barils par jour soit plus 30 milliards de barils par an. Si la demande augmente, les ressources, elles, diminuent et rendent de plus en plus difficile les nouvelles opportunités de développement. Dans un contexte géopolitique instable, les compagnies pétrolières privées doivent plus que jamais savoir convaincre les gouvernements de leur valeur ajoutée, de leurs compétences managériales et de leur force technologique et innovante. En Afrique du Nord, par exemple, l’heure n’est pas au repli mais au contraire à l’investissement. Le déploiement de nouvelles activités pétrolières et gazières devra toutefois prendre en compte de nouveaux enjeux comme celui de l’emploi des jeunes et de la valorisation des talents locaux.

 

CW.

 

Contact recrutement :
mounir.bouaziz@shell.com