Dossier: Les grandes écoles qui favorisent la création d’entreprise

 

Depuis quelques années, l’action politique encourage la création d’entreprises. Dans cette optique, les écoles d’ingénieurs et de commerce proposent de plus en plus des formations entrepreneuriat et accompagnent les étudiants dans leurs projets de création. C’est pourquoi, Grandes Ecoles Magazine a étudié de près l’engagement entrepreneuriat de l’Ecole Centrale Paris (ECP) et de l’EMLYON Business School.

Gilles Gleyze, Directeur du Développement de l’ECP

Gilles Gleyze, Directeur du Développement de l’ECP

 

Une introduction à l’entrepreneuriat dès la 1ère année
ECP: L’objectif pédagogique est de fonder un processus suscitant chez l’étudiant l’envie de créer puis de concrétiser son projet avant sa sortie d’école. Dès la 1ère année de formation d’ingénieur, des actions de sensibilisation à l’entrepreneuriat sont menées auprès des étudiants. Puis, dès la 2e année, les étudiants ont la possibilité d’opter pour un électif de 40 heures qui vise à introduire les 1ers enseignements liés à la création d’entreprise avant d’opter pour la filière Centrale Entrepreneur en 3e année.

 

EMLyon Business School: Le positionnement de l’EMLyon Business School «entrepreneurs pour le monde» vise à replacer le comportement entrepreneurial dans la formation des futurs dirigeants, afin qu’ils puissent répondre aux défis sociétaux et environnementaux. Chaque étudiant est formé à l’esprit d’entreprendre afin qu’il puisse développer dans ses fonctions futures des aptitudes de leadership entrepreneurial : innovation, prise de risques, création de richesses économiques et sociales, sens des responsabilités. L’objectif pédagogique consiste également à inscrire cet esprit d’entreprendre dans de fortes dimensions sociales et éthiques. A titre d’exemple, en 1ère année, en groupe de 4 à 6, les étudiants ont à mener un projet virtuel de création d’entreprise.

 

« Depuis 2 ans, 10 % de la promotion s’engage dans la filière Centrale Entrepreneur et/ou crée son entreprise, en somme, 10 % de nos étudiants sont en processus de création d’entreprise » Gilles Gleyze

La spécialisation entrepreneuriat en 3e année
ECP: Au sein de la filière Centrale Entrepreneur, l’étudiant se consacre pendant 8 mois à son projet de création d’entreprise et suit en parallèle 6 semaines de formation intensive d’entrepreneuriat. La spécificité de l’ECP est d’apporter un soutien individualisé, personnel et accès sur l’humain aux créateurs afin de les aider à affiner leur business model, à conceptualiser au mieux leur projet et à leur éviter toute erreur accueillis au sein de l’incubateur de l’ECP.

 

EMLyon Business School: Les étudiants issus du programme Grande Ecole ont la possibilité depuis cette année d’opter pour le programme « start-up junior » d’une durée de 180 heures étalées sur 6 mois, qui regroupe des cours d’entrepreneuriat et un accompagnement à la fois humain et managérial de leur projet de création. Il s’agit d’un parcours de pré-incubation qui peut être suivi par une incubation d’un an à trois ans. Ils valident ainsi 30 crédits ECTS dans leur parcours académique.

 

Des formations entrepreneuriat pour des profils de plus en plus divers
ECP: L’ECP coordonne également un master spécialisé Entrepreneuriat et Intra-entrepreneuriat avec l’ESSEC. Cette formation, ouverte aux Bac +5 convient également à ceux qui souhaitent diriger ou reprendre des PME.

 

EMLyon Business School: Le programme start-up senior ouvert aux diplômés propose un accompagnement aux projets de création ou de reprise ouvert à des scientifiques, des chercheurs ou des cadres de l’industrie. Le mastère spécialisé (MS) Entreprendre, ouvert aux Bac +5 est quant à lui orienté vers le « small business » (création ou reprise d’entreprises, succession familiale, conseil stratégique en entrepreneuriat, développement de nouvelles activités dans des entreprises existantes).

 

Michel Coster, Directeur de l’incubateur de l’EMLyon Business School, et professeur d’entrepreneuriat

Michel Coster, Directeur de l’incubateur de l’EMLyon Business School, et professeur d’entrepreneuriat (Copyright Philippe Schuller)

« A l’échelle de l’EMLyon Business School, 30 à 40 jeunes créent leur business chaque année, ce qui est bien au-delà des 1% de référence des Grandes Ecoles. » Michel Coster

Des incubateurs performants tournés vers l’innovation
ECP: Fondé il y a 10 ans, l’incubateur ECP est l’un des plus gros incubateurs privés d’Ile de France et possède une capacité d’accueil d’une vingtaine d’entreprises. Sont retenus en priorité les projets qui s’appuient sur des laboratoires de recherche, sur des projets dont l’engagement d’innovation technologique est fort. La plupart des projets sont tournés vers les nouvelles technologies et le développement durable. Le principe de sélection appliqué et l’accompagnement personnalisé expliquent un taux de succès de l’incubateur de 90 %.

 

EMLyon Business School: L’incubateur de l’EMLyon Business School, créé en 1984, se situe parmi les incubateurs leaders des grandes écoles en France et accompagne de 50 à 60 entreprises. Les entreprises incubées se concentrent principalement sur les secteurs des nouvelles technologies, des sciences du vivant, de l’ingénierie et de l’énergie/environnement. Grand nombre de projets sélectionnés s’appuient sur des laboratoires de recherche, dont certains sont issus des pôles de recherche universitaire de Lyon et de Grenoble. L’incubateur accueille d’ailleurs des lauréats du concours des entreprises innovantes organisé par le Ministère français de la Recherche. Plus de 600 entreprises passées par l’incubateur sont aujourd’hui pérennes. Le taux de réussite s’élève à 85 %.

 

 

Témoignage d’un jeune entrepreneur centralien
Charles Kohlheim, Co-fondateur et gérant d’Avenir Investir, bureau d’étude en ingénierie environnementale – www.avenir-investir.com
« Cet engagement entrepreneuriat permet à l’ECP de réellement se démarquer par rapport aux autres écoles d’ingénieurs dans la mesure où l’entrepreneuriat et l’innovation sont aujourd’hui les clés de demain »
La filière Centrale Entrepreneurs est très enrichissante sur les plans professionnel et personnel, car elle développe une forme de pédagogie expérimentale et un mode d’enseignement très participatif. Dès le départ, nous confrontons notre projet de création d’entreprise à la réalité des divers retours d’expériences et des études de cas. La grande qualité de l’incubateur est le coaching personnalisé. Notre coach prend régulièrement connaissance de notre état d’avancement et soulève les points critiques auxquels nous sommes amenés à réfléchir. L’incubateur répond à nos besoins logistiques et à nos exigences de trésorerie, puisque la quasi-gratuité de l’incubateur s’adapte tout à fait au modèle économique d’une entreprise innovante, peu rentable dans les 1ers temps.

 

 

Témoignage d’une jeune entrepreneuse de l’EMLyon Business School
Anne-Lise Perlat, co-fondatrice et associée d’EnvãO, vêtements de surfwear équitables et écologiques – www.envao.fr
« L’EMLyon Business School a toujours été une grande école entrepreneuriale et continue de proposer de nouveaux dispositifs de formation et d’accompagnement accessibles à tout type de profil et à toute envergure de projet »
Les cours du nouveau programme start-up junior offre une formation à la fois théorique et très concrète sur les notions essentielles de l’entrepreneuriat. Cela nous permet d’identifier les erreurs de jugements et les pièges à éviter. L’incubateur offre un accompagnement et un soutien permanents aux créateurs. La concentration des sociétés au sein de l’incubateur permet de rompre avec l’isolement de l’entrepreneur, de créer une émulation entre les membres en termes de réseau et de pratiques, et de bénéficier des conseils avisés des seniors également présents.

 

 

« Le G2E est un lieu d’échange, de partage, de maturation ainsi que de proposition auprès de la société et de la classe politique », Lionel Canis, Président de l’association Grandes Ecoles Entrepreneurs (G2E) – www.g2e-asso.org
G2E est une association de réflexion et de coordination fédérant les clubs créés par les anciens des grandes écoles regroupant les créateurs, les repreneurs et les chefs d’entreprise. Chaque groupement d’anciens est ouvert pour apporter son soutien aux étudiants des filières entrepreneuriat ou aux entrepreneurs des incubateurs. Au sein des clubs, tout nouveau membre bénéficie d’un partage d’expérience particulièrement riche et convivial mais aussi d’un échange personnalisé sur son activité et son positionnement. Cependant, trop peu d’étudiants et de jeunes diplômés participent à ces groupements et se privent d’un soutien supplémentaire dans la mise en oeuvre de leurs projets.

 

 

AB