Créée en 2007 et issue la fusion de l’ENSICA et de Supaéro, l’ISAE Supaéro fête ses 10 ans. Le directeur, Olivier Lesbre, est revenu sur les forces de l’école en tant que leader de la formation à l’ingénierie aéronautique et spatiale, et a dévoilé ses projets pour l’avenir.

 

Olivier Lesbre se félicite du bon déroulement de cette fusion : « il n’est jamais facile de réaliser une fusion, mais je suis fier que ce projet ait été mené de façon professionnelle. La nouvelle entité a amené une notoriété à l’école qui lui a permis de changer de dimension. Grâce à 100 millions d’euros d’investissements nous avons revisité notre campus et ses équipements : nouveaux laboratoires, salles de cours, amphithéâtres, résidences étudiantes, mais aussi drones, simulateurs et une soufflerie aéroacoustique pour les essais d’optimisation du bruit des avions à l’atterrissage. Ce regroupement fait de nous le leader mondial de la formation des ingénieurs dans l’aérospatial avec 30 cursus et près de 700 diplômés par an (ingénieurs, masters, MS, docteurs). »

 

Salle Info © Aude Lemarchand

 

ISAE-SUPAERO : l’assurance de trouver un métier

Cette nouvelle marque ISAE-SUPAERO a su s’exporter à travers le monde : « nos étudiants peuvent s’insérer sur le marché du travail dans n’importe quel pays du monde. Notre recherche de niveau mondial a également un fort impact à l’international. Nos équipes ont par exemple vendu une licence exclusive à 1 million d’euros après avoir effectué un travail sur les liaisons de données sur Internet. »

 

 

10 ans et des projets plein la tête

L’ISAE-SUPAERO ne compte pas se reposer sur ses acquis. Au contraire, l’école a de nombreux projets pour l’avenir :

  • Poursuite de l’internationalisation : « actuellement, 1/3 de nos étudiants sont étrangers et nous souhaitons augmenter ce chiffre »
  • Développement de la recherche à l’aide d’un partenariat avec l’ONERA et l’ENAC
  • Accentuation de l’aspect entrepreneurial
  • Développement du réseau : « nous sommes un membre fondateur de la ComUE de l’Université Fédérale de Toulouse et nous visons d’autres partenariats avec la TUM, en Allemagne, par exemple. »

 

Oliviers Lesbre a profité de l’événement pour annoncer quelques projets récents : « nous avons signé une chaire Concepts Spatiaux Avancés avec Airbus Defence and Space et ArianeGroup. Nous avons ouvert le Mastère Spécialisé HADA, entièrement en anglais, pour Helicopter, Aircraft and Drone Architecture avec Airbus Helicopters. Nous proposons également le Mastère Spécialisé SPAPS, pour Space Applications and Services avec Airbus Defence and Space. Enfin, nous avons lancé un nouveau prix entrepreneuriat. »

 

https://www.isae-supaero.fr/fr/actualites/appel-a-candidatures-prix-de-la-fondation-jean-jacques-et-felicia-lopez-loreta/

 

L’ouverture sur le monde, la clé d’ISAE-SUPAERO

Olivier Lesbre est fier de proposer à ses étudiants une multitude d’options pour leur permettre d’avoir des profils variés : « nous proposons tellement d’options que la plupart des élèves réalise leur cursus en 4 ans plutôt que 3 afin de tout explorer. Nous avons une ouverture sur le monde avec des césures, des doubles diplômes. Tous nos étudiants ont une expérience à l’international. Une fois diplômés, ceux-ci ne s’orientent pas forcément dans l’aéronautique. »

 

En effet, parmi les startups créées par les anciens étudiants, nous pouvons noter :

  • Rhythm : une startup spécialisée dans l’étude du sommeil à l’aide d’un bandeau intelligence
  • Donecle : une société chargée d’inspecter les avions par les drones
  • Stearblue : une jeune entreprise qui réalise le contrôle des éoliennes par drones
  • Wingly : startup qui propose aux propriétaires de petits avions de faire du co-avionnage