A tout juste 24 et 23 ans , Florence et Kévin sont depuis quelques mois de jeunes entrepreneurs . Etudiants à HEC Paris, ils ont créé Kialatok, l’entreprise sociale des culinaires ! Kialatok propose des ateliers différentes cultures, pour des entreprises et des particuliers.

 

Florence et Kevin, en tenue et prêts pour tout remuer !

Florence et Kevin, en tenue et prêts pour tout remuer !

 

Derrière ce concept, on découvre l’âme de deux passionnés portés par les mêmes valeurs de partage, de transmission et de découverte. Florence, de nature ‘‘gourmande’’, apprend à cuisiner avec ses meilleurs copines dès l’âge de 13 ans et depuis, adore ces petits instants culinaires savoureusement partagés. « Nous étions toutes de cultures différentes, on avait l’habitude de se retrouver chez l’une ou l’autre pour apprendre des nouvelles recettes. C’est de cette façon que j’ai appris le turc ! » raconte t’elle avec un large sourire. Kévin, quant à lui, n’aurait pas forcément imaginé travailler  dans l’univers de la cuisine. Un intérêt qui a grandi au fil de ses voyageset de ses rencontres. « J’ai toujours voulu changer le monde avec l’envie d’évoluer dans une organisation internationale, confie t’il modestement. Aujourd’hui, je souhaite expérimenter le potentiel de développement de la cuisine en termes d’innovation sociale. » Liés par une même conception de l’entreprise, l’heure de vérité arrive très tôt pour ces deux amis. « Sur le campus, nous étions comme dans un cosmos, on échangeait beaucoup sur des réflexions communes, notre idée de l’entreprise » déclare Florence. Il faut ensuite entrer dans le concret, et c’est avec HEC Entrepreneurs et le soutien de l’incubateur social d’HEC que nous avons commencé à créer un business plan, imaginer des sources de recrutement etc. »

Déjà récompensés à plusieurs reprises (Prix Etudiant de l’Année, l’incubateur social Stand Up HEC), ils ont pour ambition de « donner le plus beau » en créant un incubateur social culinaire d’ici quelques années. « Nous ne nous engageons pas à court terme, c’est un projet que nous souhaitons voir grandir, précise Kévin. La seule promesse que je me fais est de continuer à faire ce que j’aime et à me donner les moyens de parvenir à mon objectif. » « On a commencé fort ! lance Florence remplie de joie. On se reconnait dans ce qu’on fait, c’est formidable. »

 

Cuisinier amateur, acteur en faveur de la diversité ou manager, chacun sera séduit par la dimension humaine de Kialatok comme le souligne nos deux complices. « Les chefs que nous recrutons sont tous exceptionnels , ils nous parlent cuisine avec des étoiles dans les yeux. Nous faisons des rencontres incroyables dans le métro, via des associations d’alphabétisation ou Projets pour l’emploi. Nous nous laissons guider par les opportunités qui se présentent à nous. » Ils se souviennent de cet homme originaire du Bangladesh et commis dans un restaurant japonais croisé au hasard d’un trajet en métro ou de cette femme Tibétaine, qui a fui son pays alors chanteuse (notamment pour le Dalaï Lama), et  à présent qui tente de faire vivre sa famille avec un RSA. « Nous avons eu de la chance dans notre parcours, raconte Florence, c’est à notre tour d’aider. Voir la magie qui opère en entendant les gens rigoler ou danser sur une musique libanaise de l’employé au cadre , c’est formidable ! La cuisine n’est qu’un prétexte pour rassembler. »

 

Et si vous étiez un plat, un aliment ?
Kévin : le kiwi
Florence : mon gâteau au chocolat meringue et le baklawa

 

Souhaitons une longue vie pimentée à Kialatok pour le plus grand bonheur de ses deux ambassadeurs résolument sweet !

 

Audrey Froitier

 

Contact :
kevin@kialatok.fr
florence@kialatok.fr
www.kialatok.fr
www.facebook.com/kialatok
Ateliers de cuisine du monde pour particuliers dès septembre (infos et réservations sur le site)