Les stages, ou comment construire son projet professionnel
A l’ESTACA, les stages occupent une place prépondérante dans la formation des élèves. Sur 5 ans d’études, 48 semaines minimum leurs sont réservées au total, soit quasiment une année entière. En première année, un stage ouvrier d’au moins 4 semaines est demandé. Les élèves ont ensuite l’opportunité de choisir entre un nouveau stage ouvrier, un stage en entreprise, ou une initiative personnelle à l’étranger. Les deux dernières années d’études sont elles consacrées à des stages d’élèves ingénieurs d’une durée de 4 et 6 mois. Ils peuvent également réaliser une immersion d’un an entre la 4e et la 5e année s’ils le souhaitent.L’ESTACA a mis en place des interventions appelées « passeport professionnel », dont l’objectif est de préparer les étudiants à la vie en entreprise. Ces interventions se déroulent chaque année entre janvier et mai, et représentent environ une vingtaine d’heures par étudiant et par an. Cette notion de « passeport professionnel » est d’autant plus significative lorsque l’on sait que 65 % des ingénieurs de l’ESTACA occupent un emploi dans l’entreprise où ils ont effectué leur stage de fin d’études.

 

Les Alumni, un réseau à ne pas négliger
L’ESTACA s’applique à développer les relations inter-promotions afin d’alimenter la solidarité et l’entraide entre les élèves et les anciens de l’école en activité. Ce réseau joue un rôle particulièrement important pour les 25 % d’élèves embauchés à l’étranger à la fin de leurs études. Les anciens peuvent ainsi leur ouvrir des portes dans des pays où le stage est culturellement une forme d’apprentissage moins développée qu’en France.

 

L’importance de la communication pour faire connaître les opportunités
Beaucoup de partenariats sont développés avec les entreprises. Les élèves ont tendance à privilégier les grands groupes, tels que Safran ou EADS pour l’aéronautique. L’ESTACA a donc développé une politique qui vise aussi à privilégier les PME, en s’associant par exemple à des pôles de compétitivité ou des centres d’excellence. L’école s’engage donc à communiquer clairement sur toutes les actions mises en place qui pourraient accompagner le futur ingénieur dans sa recherche de stage.

 

Bien connaître les attentes des professionnels
La R&D est un secteur très demandeur, en raison de l’émergence de nouvelles problématiques. Malgré les difficultés rencontrées par certains constructeurs automobiles par exemple, les besoins en termes de recherche sont toujours aussi importants. Les véhicules hybrides connaissent notamment un développement considérable qui offre de nombreuses opportunités professionnelles à nos stagiaires (nouvelles motorisations, délégation de conduite, systèmes embarqués,…) Les connaissances et l’expérience professionnelle ne sont cependant plus les seules compétences demandées aux élèves ingénieurs. Ces derniers ne doivent plus seulement être de bons techniciens : le management de projet et la gestion d’une équipe sont devenues des compétences à part entières exigées des employeurs.

 

Témoignage : Une immersion d’un an pour travailler sur le lanceur Ariane 5 à Kourou
A la fin de ma 4e année, je suis partie un an en immersion à Kourou. J’ai intégré le service Méthodes et Maintenance de Cegelec Space où je fais partie d’une équipe d’une dizaine d’ingénieurs. Ma mission consiste à mettre en place des équipements de la table de lancement d’Ariane 5, de leur arrivée sur place à leur installation sur la base de lancement. J’ai particulièrement  travaillé  sur les bras cryotechniques, un dispositif articulé qui porte la liaison ombilicale utilisée pour remplir ou vidanger le réservoir du lanceur avant le décollage de la fusée. En passant mes journées sur le centre spatial devant le lanceur,  j’ai l’impression de réaliser mon rêve d’enfance ! Ce stage est l’aboutissement d’un projet professionnel que j’ai construit progressivement pendant ma formation et je suis encore plus motivée pour continuer sur cette voie. J’ai déjà trouvé mon stage de fin de 4e année : je vais partir 6 mois en Allemagne chez Astrium travailler sur le deuxième étage d’Ariane 5, avec sans doutequelques missions à Kourou…
Farah Bourokba, étudiante ESTACA en 4e année

 

Par Jean Le Guen, Responsable Département
Relations Entreprises et Insertion Professionnelle de l’ESTACA, +33 (0)2 43 59 47 37,
jean.leguen@estaca.fr