A l’occasion de la 14e édition du Tournoi International de Tennis Nevers-Nièvre (1er au 9 octobre derniers), le Journal des Grandes Ecoles s’est rendu dans les locaux prestigieux de Roland-Garros pour y rencontrer Jacky Terreau, président du Comité de Tennis de la Nièvre (Arts et Métiers ParisTech 70). Présentation d’une personnalité attachante et engagée.

 

Jacky Terreau, président du Comité de Tennis de la Nièvre (Arts et Métiers ParisTech 70)

Jacky Terreau, président du Comité de Tennis de la Nièvre (Arts et Métiers ParisTech 70)

Un tournoi international au coeur de la Bourgogne
Arrivé en 1989 au sein du Comité de Tennis nivernais, Jacky Terreau en devient le président dès 1991. Rôle dans lequel il s’investit pleinement jusqu’à ce jour. Il organise ainsi depuis 1997 un tournoi annuel international – officiellement appelé Tournoi Future – pendant lequel près de 50 jeunes espoirs du tennis mondial se retrouvent dans l’objectif de se hisser dans le top du classement ATP. Jo-Wilfried Tsonga ou Richard Gasquet, que l’on ne présente plus aujourd’hui, sont passés par là. Cette année, c’est le Tchèque Jan Mertl qui sort victorieux du tournoi face à une équipe de France qui n’aura pas déméritée. « En 2010, quatre nouveaux courts ouverts ont été inaugurés par la FFT afin de garantir le développement des compétitions de tennis dans la région » précise Jacky Terreau. Après de longues négociations pour s’assurer de la bonne mise en oeuvre du projet, il souligne avec malice : « La longévité est un facteur clef de l’expérience ». Trois mois de travaux auront suffi à ce que tout soit mis en place au jour près. Une fierté personnelle mais surtout collective. « La cinquantaine de bénévoles de l’association a activement participé au projet en rénovant 500 m² de bureaux. C’est comme être à la tête d’une mini-entreprise, on gère essentiellement de l’humain. Et c’est ce que j’aime le plus ! Le travail collectif et la convivialité ».

 

La longévité
est un facteur
clef de l’expérience

Des projets plein la tête
Mais Jacky Terreau ne compte pas en rester là. Afin de rentabiliser ces nouveaux couts, trois nouveaux événements du monde du tennis se dérouleront à Nevers d’ici
l’an prochain :
• Coupe de France des 13 ans (8 au 11 décembre 2011)
• Championnat de France des 15/16 ans par équipe (24 & 25 mars 2012)
• Tournoi féminin international (21 au 29 avril 2012)
Infatigable, il postulera aussi en décembre 2012 au poste de président de la Ligue Bourgogne. D’un tempérament optimiste, il nous confie « J’ai déjà tenté ma chance trois fois… mais je ne renonce pas ! Quand je joue, je crois que je vais gagner ! ». Elu à la FFT en 2005 puis en 2009, il compte aujourd’hui parmi les membres du Comité de direction de la Fédération. Actif dans sa région, il l’est aussi au niveau national. « Avec mes confrères de la FFT, nous avons réfléchi ce matin aux problématiques liées au projet de modernisation des installations de Roland Garros prévu à 2015/2016. Plus de 275 millions d’euros sont engagés. Il nous faut être réactif sur beaucoup de sujets. »

 

A l’Ecole de l’engagement
Major de traditions pendant deux ans durant sa scolarité aux Arts et Métiers ParisTech, Jacky Terreau s’est investi très vite dans la vie de son école. Il retrouve avec la famille du Tennis les valeurs qu’il partage avec ses amis Gadzarts : réseau, échange, engagement, et sens des responsabilités. « Je suis très reconnaissant envers la Fédération. Au-delà du soutien financier, elle s’engage dans l’humain. Il y a par exemple un vrai souci d’inviter tous les licenciés à Roland Garros. Je représente également un des plus petits départements au Comité. Cela démontre une réelle ouverture de ses dirigeants. » Toujours confiant, jamais amer, Jacky Terreau aime aller à la rencontre des autres. « Je ne vais tout de même pas passer mes journées devant la télé ! » plaisante-t’il. Trop libre pour adhérer à un parti politique (il nous avoue avoir été appelé à rejoindre quelques Communes de sa région), il souhaite « faire perdurer des valeurs simples » au travers de son engagement associatif. « Par mon éducation, j’ai compris qu’il faut avoir le courage d’être en accord avec ses idées. C’est de cette façon que j’ai toujours pu aller de l’avant. »

 

AF