Spécial Handicap

 

L’intégration professionnelle des personnes handicapées est indissociable de leur formation. L’un des principaux freins au recrutement étant leur manque de qualification. C’est sur ces deux terrains qu’agit l’association Tremplin – Études, Handicap, Entreprises. Entretien avec Christian Grapin, son directeur.

Tremplin participe à de nombreux forums pour rencontrer des étudiants en situation de handicap

Tremplin participe à de nombreux forums pour rencontrer des étudiants en situation de handicap

Quel est l’objectif de Tremplin ?
Elle oeuvre pour le rapprochement des étudiants handicapés et des entreprises. Tremplin ne se veut pas un pont entre le monde du handicap et celui de l’entreprise, justifiant alors sa raison d’être dans la distance qui les sépare. Notre ambition est de rapprocher les deux rives pour que chacun n’ait qu’un pas à faire pour aller à la rencontre de l’autre.

 

Vous êtes aussi présents auprès des lycéens, pourquoi ?
Pour les inciter à s’engager dans des études supérieures. Les entreprises recherchent des profils Bac +2 à Bac +5, alors que 80 % des personnes handicapées ont tout juste le niveau Bac. Alors qu’un lycéen sur deux poursuit dans le supérieur, ils ne sont qu’un sur six en situation de handicap à suivre ce chemin. Entre 2004 et 2009, grâce à la loi de 2005 imposant l’inscription des enfants de l’établissement de leur choix, le nombre de lycéens a crû de 180 % et d’étudiants de 135 %. La déperdition entre les deux cycles est donc importante. De plus, la progression dans le supérieur s’est arrêtée depuis.

 

Que proposez-vous aux étudiants ?
Nous proposons un accompagnement individuel aux 350 jeunes que nous suivons, afin de préparer leur insertion professionnelle. Cela avec le concours de 180 entreprises partenaires qui les accueillent en stage, en alternance ou en 1er emploi.

 

Au travers de quels évènements favorisez-vous les premiers contacts ?
Les « Rencontres Tremplin Recrutements » existent depuis 2009. Elles réunissent entreprises et étudiants pour leur donner la possibilité de se découvrir. Dans le cadre de l’édition 2011, nous avons organisé une conférence sur « Un tremplin des études supérieures : quelle perspective après le Bac pro ? » Car les bacheliers pro sont encore moins nombreux que les bacheliers généralistes à s’engager dans des études supérieures.
Les « Rencontres Tremplin Alternances » existent depuis 2010. Les jeunes handicapés à la recherche d’alternance de niveau Bac à Bac +5 ont l’opportunité de rencontrer des entreprises proposant des contrats d’apprentissage ou de professionnalisation. Vous oeuvrez également pour le rapprochement avec les grandes écoles Nous travaillons à un dispositif de passerelle pour intégrer des écoles après le Bac ou un diplôme universitaire. Nous souhaitons plus globalement aider les établissements à améliorer leur accessibilité, à s’ouvrir aux jeunes en situation de handicap. Nous sommes engagés dans le programme Phares initié par l’ESSEC. Des étudiants accompagnent des lycéens handicapés pour acquérir une culture, des méthodes, et les inciter à poursuivre leurs études. Tremplin se positionne en tant que relais pour les suivre ensuite durant leurs études et les mettre en contact avec les entreprises.

 

Vous oeuvrez également pour le rapprochement avec les grandes écoles
Nous travaillons à un dispositif de passerelle pour intégrer des écoles après le Bac ou un diplôme universitaire. Nous souhaitons plus globalement aider les établissements à améliorer leur accessibilité, à s’ouvrir aux jeunes en situation de handicap. Nous sommes engagés dans le programme Phares initié par l’ESSEC. Des étudiants accompagnent des lycéens handicapés pour acquérir une culture, des méthodes, et les inciter à poursuivre leurs études. Tremplin se positionne les mettre en contact avec les entreprises.

 

Quel message souhaitez-vous adresser à de jeunes handicapés ?
Surtout de ne pas s’interdire de penser études supérieures pour mieux construire leur insertion professionnelle. Plus on est diplômé, plus on a de chances d’accéder à l’emploi et d’envisager une carrière évolutive.

 

Et aux futurs managers ?
De s’ouvrir dès leurs études aux jeunes en situation de handicap. Lorsqu’ils seront managers, qu’ils sachent ouvrir la porte de leur entreprise aux jeunes handicapés en considérant prioritairement leurs compétences plutôt que leurs handicaps.

 

A. D-F

www.tremplin-handicap.fr
Le site vient d’être refondu, plus vivant et interactif, il propose de nombreux témoignages.