Depuis 2009, l’ESC Saint-Etienne s’engage sur la question de l’ouverture sociale. Elle fait partie des rares écoles en France à avoir mis en place très tôt un dispositif de recrutement spécifique afin de favoriser une plus grande ouverture sociale. En s’associant avec le réseau Passerelle et l’IUT de Saint-Etienne, elle a choisi de promouvoir l’égalité des chances en accompagnant de jeunes lycéens issus de milieux défavorisés afin d’optimiser leur poursuite d’études jusqu’à Bac +5. Tour d’horizon avec Ishraf Zaoui, Responsable du Programme Grande Ecole de l’ESC Saint-Etienne et enseignant chercheur en marketing.

 

Quel est le concept du dispositif mis en place par l’ESC Saint-Etienne en faveur de l’Egalité des Chances ?

Ishraf Zaoui

Ishraf Zaoui

Le dispositif « Ascenseur pour la Réussite » permet à de jeunes bacheliers d’intégrer l’IUT en 1ère année, suite à une sélection sur critères sociaux et académiques, et suite à un concours spécifique. S’ils obtiennent leur DUT en 2 ans, ils peuvent entrer directement et sans repasser de concours, à l’ESC Saint-Etienne, dans son Programme Grande Ecole. Ce concours post-bac destiné aux lycéens issus de milieux modestes et ayant de bons résultats, propose donc une voie d’accès privilégiée à une formation Bac +5 d’excellence. Concrètement, à travers le dispositif « Ascenseur pour la Réussite », il s’agit d’aider les jeunes de milieux défavorisés à se construire un avenir, à accéder à l’enseignement supérieur, à bénéficier d’une ouverture culturelle, et donc à s’élever socialement en réussissant tant leur vie professionnelle que leur développement personnel. Il ne s’agit pas d’une « discrimination positive » mais d’un rapprochement social et culturel où chacun doit trouver matière à s’enrichir.

 

Avez-vous déjà une idée des premiers résultats ?
Chaque année, 5 places sont ouvertes pour les étudiants du dispositif « Ascenseur pour la Réussite». Les deux premières étudiantes du dispositif, Christine et Sabrina, leur DUT en poche, intégreront le Programme Grande Ecole de l’ESC Saint-Etienne à la rentrée 2011. Cette année, cinq lycéens ont été admis au concours. Leur baccalauréat obtenu, ils intégreront la première année d’IUT en septembre prochain. Au-delà de ces chiffres, les résultats sont plus que satisfaisants puisque les étudiants du dispositif sont fiers de pouvoir intégrer une grande école et plus que motivés pour réussir leur DUT. La plupart d’entre eux n’imaginait même pas toucher cela du doigt.

 

Dans quel contexte avez-vous souhaité monter un tel dispositif ?
Aujourd’hui, pour beaucoup de lycéens, le monde des prépas et des grandes écoles est encore inconnu. Pourtant, les grandes écoles, par leur mission, devraient permettre et favoriser l’accès à tous à l’enseignement supérieur et aux filières d’excellence. Or les statistiques sont éloquentes : le pourcentage d’étudiants des Grandes Ecoles issus de milieux modestes ou défavorisés est extrêmement faible. Actuellement, les grandes écoles se privent de profils intéressants de jeunes talents issus de milieux défavorisés, se détournant, par autocensure, de ce type de formations qu’ils croient élitistes et trop coûteux. Dans ce contexte, l’ESC Saint-Etienne se mobilise pour favoriser l’intégration de jeunes issus de milieux défavorisés.

 

L’ESC Saint-Etienne met-elle d’autres actions en place en faveur de la diversité ?
Avec 30 % de boursiers dans ses effectifs, l’ESC Saint-Etienne se positionne parmi les premières écoles de commerce et de management françaises en matière d’ouverture sociale. Chaque année, l’ESC Saint-Etienne attribue, sur critères sociaux et sur le comportement, des bourses d’aide au paiement des frais de scolarité à ses étudiants. En 2011, 75 étudiants se sont partagé 60 000 €. L’opération « Un ordinateur portable pour tous » permet chaque année aux nouveaux étudiants, d’acquérir des ordinateurs portables à des tarifs très préférentiels grâce à la participation financière des entreprises partenaires de l’école. Sur le plan pédagogique, l’école a mis en place les « AAC » pour actions associatives et citoyennes ; des actions obligatoires pour les étudiants de 1ère année des programmes de formation initiale de l’école. Qu’ils soient humanitaires, sportifs ou culturels, ces projets réalisés par de petits groupes d’étudiants permettent d’acquérir une certaine ouverture d’esprit, une culture citoyenne et de concrétiser des projets personnels. »

 

Par Ishraf Zaoui, Responsable du
Programme Grande Ecole de l’ESC Saint-Etienne
et enseignant chercheur en marketing